RETOUR SUR JANVIER

Échange-débat avec l’équipe artistique, le public, et ATTAC72 // Photographie : Jean-Pierre Bodin

 

Peut-être le saviez-vous déjà le mois de Janvier au théâtre de l’Ephémère était consacré à la
thématique du travail.
Différents artistes sont intervenus, et ont pu y décliner cette thématique. Le spectateur était
soumis à la pression managériale étouffante, au travers des pièces L’entrée en résistance et L’entretien,
mais aussi à la difficulté des citoyens et des salariés à s’extraire de cette pression avec l’exposition Travail
à l’oeuvre des étudiants en patrimoine de l’association d’Epic d’Epoc, ou encore à la souffrance poussée à
son paroxysme jusqu’au suicide dans la pièce Krach.

On attend souvent du théâtre un divertissement, mais c’est aussi et surtout le lieu d’échange et de
réflexions propices auxquels nous n’avons pas toujours accès dans nos quotidiens. La pratique théâtrale
permet aussi de passer au-delà de la simple expression, et voir cette problématique incarnée permet de
prendre conscience de cette souffrance et d’engager un dialogue avec le public.

J’ai pu participer à tous ces événements, puisque j’étais stagiaire en médiation culturelle au
Théâtre de l’Ephémère durant tout le mois de Janvier. C’était très plaisant de pouvoir s’immerger dans la
vie d’un théâtre et de sa compagnie. J’ai eu la possibilité de participer à l’accueil des artistes et de leurs
équipes techniques au théâtre lors des représentations, moments forts conviviaux.

Mais ce fut aussi l’opportunité de partir en « tournée » dans les collèges mayennais et sarthois
pour présenter une lecture créée par les comédiennes Margot Châron et Delphine Aranega. Nous avons
alors rencontré les enseignants et les élèves qui se sont engagés dans un jumelage pour l’année avec
différents projets : une lecture, un stage pratique avec un comédien, et une représentation de leur travail.

Si la médiation passe par la rencontre des publics, c’est aussi celle des partenaires. Etre stagiaire
dans les bureaux de l’Ephémère m’a permis de recontrer des professionnels du spectacle vivant, des
acteurs du terrain culturel sur Le Mans, des comédiens et de comprendre toujours mieux les logiques qui
permettent de mener à bien des projets.

Ce fut un stage très enrichissant et je tiens pour cela à remercier toute l’équipe de l’Ephémère
pour leur accueil chaleureux durant ce mois de Janvier.

Louise R. janvier 2020

 

« L’Entretien » du dytique « Temps Modernes » de Jean-Michel Rivinoff

 

« Krach » du dytique « Temps Modernes » de Jean-Michel Rivinoff

 

Exposition « Travail à l’Oeuvre : métro, boulot, expo » organisée par l’association Epic d’Epoc

 

« Sur la pointe des pieds face au monde » lecture-spectacle de et par Margot Châron et Delphine Aranega

Les commentaires sont fermés.