Visage de feu

Visage de Feu - Théâtre de l'Ephémère 30 et 31 mars 2016

CRÉATION
Les Voyageurs (Nord-Pas-de-Calais)
de Marius Von Mayenburg

Une famille, cinq personnages, pour une histoire qui tourne mal et interroge sur
nos rapports à l’autre.

Le père est ingénieur, la mère femme au foyer, ils ont accouché de l’idéal familial :
un garçon et une fille. Mais leur histoire balbutie, s’essouffle, se perd avant de disparaître dans les flammes d’une progéniture assassine.
Le fils lui, préfère brûler la vie que de la vivre. Depuis l’enfance il refuse une existence qu’il n’a pas choisie et dont il ne veut pas. Il ne veut pas de la famille, du père, de la mère, il ne veut garder que celle qui semble lui échapper : sa sœur.

Cette œuvre essentielle du théâtre contemporain, à l’écriture rapide, drôle, violente, assassine et exceptionnelle, souffle sur les braises de nos histoires de famille et nous rappelle que les grandes tragédies sont aussi celles des conflits entre les générations. La pièce de Mayenburg raconte une histoire extrême, les acteurs et la mise en scène tiennent le spectateur en haleine jusqu’à toucher au cœur notre humanité.

« Pyromane à temps complet
J’ai mis l’feu à tout ce que j’ai touché
De la naissance à la morsure
Enflammer les sécheresses qui durent »
Pyromane de Noir Désir – C’est l’une des chansons que Kurt écoute à longueur de journée, en lisant des fragments d’Héraclite.


Mercredi 30 mars à 20h30
Jeudi 31 mars à 18h30
Durée : 1h25

Traduit de l’allemand par Mark Blezinger, Laurent Muhleisen et Gildas Milin – Éditions L’Arche éditeur

Mise en scène et scénographie : Pierre Foviau
Assisté de : Antoine Domingos
Avec : Adrien Desbons, Émile Falk-Blin, Marion Lambert, Arnaud Lefin, Thierry Mettetal et Patricia Pekmezian
Composition musicale : Arnaud Lefin
Création Lumières : Vincent Loubière et Pierre Fauviau
Construction décor : Alex Herman
Régie : Wilfried Vanderstuyf et Manuel Bertrand
Production : Cie les voyageurs. Coproduction :Ville de Saint-André-lez-Lille.
Avec le soutien de l’Adami et de la SPEDIDAM.

 © Manu

,

Les commentaires sont fermés.