Un thriller scénique

Le 3 et 4 mars 2015 Le Théâtre de l’Éphémère accueille Orphelins de Dennis Kelly par le Théâtre du Prisme.

Un huis clos familial mettant en scène Liam et sa soeur Helen, tous deux orphelins depuis l’enfance, ainsi que Danny, le mari d’Helen. Liam, couvert de sang, interrompt un diner en tête à tête entre Helen et Danny. Il raconte de manière décousue ce qui lui ai arrivé, mais modifie de plus en plus sa version des faits.

Le texte, prenant la forme d’un thriller psychologique, traite de la difficulté de faire la part des choses entre les liens familiaux et la morale collective, mais aussi de la xénophobie et, plus largement, de la crainte de l’autre.
Les personnages sont complexes, inquiétants, oscillants entre violence et vulnérabilité. Les liens entre Helen et Liam sont si puissants et sans compromis que l’on se demande jusqu’où Danny peut les suivre.
Le procédé du huit clos est anxiogène, rendant le monde extérieur hostile. Néanmoins est-ce vraiment de l’extérieur que vient la violence?

L’auteur s’inscrit dans la vague du « in-yer-face », courant né en Angleterre dans les années 90 regroupant des textes écrits par de jeunes dramaturges dont le but est de choquer le public par un contenu verbal et un appareil scénique marqué par la violence. L’objectif étant de dénoncer la société contemporaine et ses dérives.

Un univers à découvrir cette semaine.

ok_SAM5731

 

Interwiew de Arnaud Anckaert par Damien Fabre à 32min 45

Les commentaires sont fermés.