Un cerf volant sur l’avant-bras

de Jean Cagnard – Association de Création Théâtrale (Episodique)

Un banc dans une rue, une fenêtre au premier étage, le décor est déjà soluble dans la réalité, tellement commun qu’il laisse une grande liberté d’apparitions, de disparitions, de rencontres, d’aveux, de poudres, d’étincelles ; perméable aux phénomènes d’invisibilité, aux propositions surnaturelles, c’est une auberge, une oasis, c’est un tremplin, bienvenue, assieds-toi, raconte…

La nouvelle se répand vite parmi les inconsolables de la ville, ces gens dont le cœur est devenu un animal de surface, et aspirés ici par un événement silencieux derrière la fenêtre, un homme qui meurt lentement, L’AMI FORMIDABLE, avec cette façon universelle de réveiller les deuils mal éteints. Alors chacun ira de sa confidence, de sa douleur, de son abcès, sous la musique du moribond et cette odeur de brûlé de l’âme qui n’en finit pas de partir.

Maintenant le monde peut-il continuer de tourner lorsqu’une perte insupportable survient ? Et que faisait-on soi-même à la seconde précise de ce trépas ? Est-il possible que les liens sacrés de
l’amitié ne révèlent à ce moment-là qu’une méchante envie de se gratter, une panne d’essence ou l’étrange achat de trois machines à laver ?…

N’est-on pas très prêt, souvent, de devenir inhumain ? Ce ne sera pas la question définitive. L’histoire a la courtoisie de nous convier à la distribution des anges.

Jean Cagnard.

Mise en scène : Hélène Gay

Avec :
Hélène Raimbault
Loïc Méjean
Henri Uzureau

Scénographie et lumière : Jack Percher

Production : A.C.T.(E.) – Parole D.E.L.I.E.E.
Avec la complicité de l’U.C.T. – Unité de Création Théâtrale

 

Dates

24 et 25 janvier 2003 à 20h30

Théâtre Paul Scarron.

Les commentaires sont fermés.