TRAHISONS — HAROLD PINTER

1977 (PRINTEMPS)

Un bar.

Midi.

Emma est assise à une table au fond de la salle. Jerry la rejoint avec deux verres : de la bière pour lui, du vin pour elle.

Il s’assoit. Ils se sourient, lèvent leurs verres en un toast silencieux, boivent.

Jerry se renverse contre le dossier de la chaise et regarde Emma.

JERRY : Alors… ?

EMMA : Comment vas-tu ?

JERRY : Ça va.

EMMA : Tu as l’air en forme.

JERRY : Oh, pas si en forme que ça.

EMMA : Pourquoi ? Qu’est-ce que tu as ?

JERRY : La gueule de bois.

Il lève son verre.

Tchin

Il boit.

Comment vas-tu ?

EMMA : Très bien.

Elle regarde la salle, revient à lui.

Ça n’a pas changé.

JERRY : Mmmm. Ça fait longtemps.

EMMA oui.

Un temps

J’ai pensé à toi l’autre jour.

JERRY : Oh mon Dieu. Pourquoi ?

Elle rit

Pourquoi ?

EMMA : C’est agréable, quelquefois, de penser à… avant. Tu ne trouves pas ?

JERRY : Si. Absolument.

Un temps

Tout va bien, alors ?

EMMA : Oh, pas trop mal.

Un temps

Tu sais depuis quand on s’est pas vus ?

JERRY : Depuis ce vernissage, non ?… quand était-ce… ?

EMMA : Non, je ne parle pas de ça.

JERRY : Ah, tu veux dire… seuls ?

EMMA : Oui.

JERRY : Euh…

Vous voulez connaître la suite ?

Plusieurs possibilités :

Commander le texte dans une bonne librairie (Editions Lansman)

L’emprunter à la médiathèque du Mans

Venir le lire à la bibliothèque-centre de ressources du théâtre Paul Scarron. Le fonds est composé de 2000 textes édités ou non, d’ouvrages de référence, de pédagogie, d’histoire du théâtre, …. N ‘hésitez pas à nous appeler pour annoncer votre visite.

,

Les commentaires sont fermés.