Surprises de l’amour

Théâtre de l’Ephémère

Pourquoi deux surprises ?

Dans l’exercice du recommencement, éclate la virtuosité de Marivaux.
Devenue héroïne unique du spectacle, la Comtesse-Marquise s’engage d’une aventure dans une autre comme si, malgré sa volonté reitérée de n’avoir plus de commerce avec les hommes, elle se mettait inexorablement en situation de se trahir.


Seules diffèrent les variations subtiles d’une formidable mécanique mensongère qu’il est plus aisé de goûter dans un deuxième mouvement, désencombré de toute quête inutile de suspense.

Dans chacune des surprises de l’amour , l’énigme est résolue d’entrée : ils vont s’aimer, cela ne fait aucun doute. Ils se désirent sans le savoir dès la première minute, et la bagarre va commencer, sur le ton anodin de la conversation.
La mécanique de cette conversation, combattant le ridicule de l’aveu amoureux, cherche à aligner sans cesse les preuves (l’épreuve) des sentiments de l’autre.
Deux siècles après Marivaux, un vide terrible subsiste toujours entre parole et chair. C’est l’abîme des battements de cœur. L’expression la plus belle de notre timidité.

Un spectacle constitué de « La surprise de l’amour » et « La seconde surprise de l’amour » de Marivaux .

Mise en scène Monique Hervouët
Scénographie Claude Chestier

Avec
Jean-Louis Cousseau
Monique Hervouët
Didier Lastère
Philippe Mathé
Jean-Louis Raynaud
Sophie Robin
Eva Schmidt

Eclairages Dominique Christophe
Régie générale François Verron
Création sonore Dominique Christophe, Alain Mahé

Photos du spectacle : http://www.flickr.com/photos/theatredelephemere/sets/72157626935575335/

Animaux qui n’avons pas encore tout trouvé, nous pouvons encore être surpris .

Les commentaires sont fermés.