Qui a mangé Madame d’Avoine Bergotha ?

de Sony Labou Tansi – Au Fol Ordinaire Théâtre

Après la colonisation de son île, Walante « baron rouge et bleu des industries du cuivre et du caoutchouc, miteux et gratteux », décrète la fin de l’indépendance et le début de la dépendance : « Que ceux qui sont très inférieurs aux autres… que ceux-là donc soient par nature des esclaves… nous devons aller jusqu’au bout de cette provocation » déclare-t-il. « Que ceux qui sont venus au monde pour déconner arrêtent de jouer les enfants terribles de la vertu ! ». Il bannit les hommes de son Etat et ne garde que les femmes plus quelques… « inséminateurs  » !

Intrigues et jeux se développent autour de ce despote, dans l’esprit de la farce et de la fantaisie, non sans des allusions nombreuses à l’histoire du théâtre : Molière, Shakespeare et plus généralement le couple maître-valet. Allusions aussi, bien sûr, à l’histoire coloniale et aux situations politiques contemporaines.

Tout dans cette écriture montre une spontanéité, une ruse avec les conventions, une affirmation du théâtral pour en jouir. Même s’il y a une intrigue et donc un fil où l’action dramatique progresse, le traitement des scènes est conçu dans un style qui ne s’embarrasse pas du réalisme. On passe ainsi du burlesque à une scène au pays des morts ou encore à des travestissements dignes des jeux de farces du théâtre de tréteaux.

Mise en scène : Michel Liard
Assisté de Gilles Gelgon

Avec :
Gilles Blaise, Martin Buraud, Gaëlle Clérivet,
Nathalie Desouches, Gilles Gelgon, Laurence Huby,
Paul Marchal, Sophie Renou, Flora Théfaine

Scénographie : Tim Northam
Costumes : Anne-Emmanuel Pradier
Lumières : Thierry Mathieu
Création musicale : Dominique Le Voadec

Dates

26 novembre 3003 à 18h30
27 novembre 2003 à 20h30

Théâtre Paul Scarron

Les commentaires sont fermés.