Ni perdus, ni retrouvés

de Daniel Keene – Compagnie Meta jupe

Ni perdus, ni retrouvés. Trois pièces courtes.

Ni perdue, ni retrouvée – Un homme malade avant sa mort. Son patrimoine : un fils qu’il tente de confier à un entourage absent.
Avis aux intéressés – Kevin était tailleur de pierre avant d’être licencié. A présent, c’est un homme en dehors de lui-même. Sa femme, sa fille et un ami sont là.

Ciseaux, papier, caillou – Il y a neuf ans, Marianne a quitté sa mère pour une famille d’adoption. aujourd’hui, elles se retrouvent et font connaissance.

Des scènes rapides et fiévreuses où Daniel Keene saisit au vif quelques fragments de quiétude au cœur de dispositifs tragiques. Les personnages utilisent un langage sensible et organique et nous présentent le film de leur traumatisme et de leur enlisement par des révélations qui surgissent violemment dans cette répétition obstinée de l’échec.(…)

Ces pièces courtes composent un documentaire tendre et cruel. Les situations se succèdent et n’existent que dans le souffle de l’instant. Pas d’univers falsifié chez Keene. Dépourvus de privilèges et
d’attention, ces individus blessés n’ont qu’une arme : la force du coeur, du corps et de l’esprit. Des histoires « première pression à froid », une tribune où se manifestent à la fois l’inattendu et l’inéluctable.

Hervé Guilloteau

Traduction : Séverine Magois

Mise en scène : Hervé Guilloteau

Avec : Bertrand Ducher, Delphine Lefort, François Le Gallou,
Marilyn Leray, Yvette Poirier, Sébastien Rouaud, Pierre Séverin

Scénographie : Hervé Guilloteau, Simon Witté et Caro
Eclairage : Aurore Baudouin
Son : Jérémie Morizeau
Costumes : Anne-Emmanuelle Pradier

co-production : Meta jupe – Théâtre de Verre de Châteaubriant –
Le Lieu Unique, scène nationale de Nantes .

Le texte est paru aux éditions Théâtrales.

Dates

17 et 18 décembre 2002 à 20h30

Théâtre Paul Scarron

Les commentaires sont fermés.