« Mon père, on l’a vendu quand il avait cinq ans »

C’est ainsi que débute « Ma famille » de Carlos Liscano, texte cocasse et dépaysant interprété par Camille Kerdellant* et Rozenn Fournier de la Compagnie KF Association.

Dans ce pays on vend un enfant à une autre famille pour parer les fins de mois difficiles ou acheter un nouveau frigo sans que cela n’offusque qui que ce soit, quitte à le racheter plus tard pour une réunion de famille.

Sur scène les deux comédiennes racontent les péripéties d’une famille qui pratique ce commerce, interprétant à tour de rôle les différents personnages avec une expressivité sans faille.

Ce spectacle, véritable coup de coeur des trois membres de l’équipe Éphémère l’ayant vu la saison dernière, repose tant sur l’interprétation que sur la langue et le rythme particuliers à Carlos Liscano.

L’auteur, uruguayen, a passé treize ans en prison pour raisons politiques. C’est durant ce temps qu’il se lance dans l’écriture mettant à profit l’isolement forcé pour développer une relation privilégiée avec les mots. Cette expérience ainsi que son engagement politique se ressentent dans les thèmes abordés mais également dans son écriture. Ainsi lui-même parle de « littérature de la pauvreté » pour définir son travail, son style dépouillé, cru, qui n’en est pas moins profondément poétique et profond.

*Camille Kerdellant n’est pas inconnue de l’Éphémère, vous avez en effet pu l’apprécier dans « Griselidis » de Griselidis Réal en 2013 et dans « Mirror Teeth » de Nick Gill en 2014.

Spectacle à découvrir du 12 au 16 janvier 2015.

Des critiques sont disponibles dans le magazine « Des mots sur les planches » ici

Les commentaires sont fermés.