Mickey-la-Torche

de Natacha de Pontcharra – Addition Théâtre

 

C’est en perdant Mémé, puis son père que Mickey découvre sa vocation : il sera vigile.

Mais son métier ne l’occupe qu’une seule nuit par semaine. Et la solitude commence à lui peser.
Surtout depuis qu’il croise sa voisine Lisbeth. Il est amoureux d’elle mais incapable de lui parler. Alors une idée bizarre va naître de ses frustrations.

Une idée toute simple au début, mais Mickey va s’y accrocher. Il va mettre toutes ses compétences au service de cette idée tordue et va fouiller l’intimité de sa voisine à l’endroit le plus inattendu… jusqu’à commettre l’irréparable.

 

Extrait

Même le vide ça se protège, ça craint le plein comme le pire. Avec la nationale et sa nouvelle bretelle, on est jamais à l’abri du déchargement sauvage, de la cargaison avariée d’un dix tonnes égaré qui repère le dépôt, s’accapare notre vide pour répandre son plein, pour se faire du vide et filer dans la nuit avec le cœur léger du poids lourd à vide.

Et nous, une fois plein, foutu, le dépôt on y dépose plus rien, il est fini ! Mais ça pour comprendre, que le vide ça se protège et que ça disparaît autant que le plein, ils peuvent pas, ils restent butés sur le mardi comme si y avait que ça au monde.

Heureusement qu’y a les Chinois pour penser à leur place sur le vide et le plein, sur le yin et le yang du dépôt… Moi ça fait longtemps que ma tête se dépaysage et que ma tour d’ivoire fait caravane. Mon jardin secret je le cultive chez les autres, loin, en Chine et j’en prends de la graine tous les jours sur leur sagesse, tous les jours je rame en pagode sur la rizière les doigts dans le nez comme l’un des leurs, sauf le mardi, je suis bien ici.

C’est pas une place ça, c’est un strapontin qu’on me donne. Même les autres jours je suis bien ici, je veux m’asseoir et rester assis.

Avec Christophe Gravouil

Mise en scène: François Chevallier

Scénographie/Costumes: Anne Pitard

Régie générale: Thierry Deschamps

Dates

mardi 9 et mercredi 10 décembre à 20h30

Théâtre Paul Scarron

,

Les commentaires sont fermés.