L’esthétique baroque sur le plateau

Les Délices de l’Ambiguité, spectacle que nous accueillons les 5 et 6 mai, s’inscrit dans le cycle « auteur et metteur en scène ».

Avec les Délices de l’Ambiguité Sylvaine Zaborowski concrétise un projet de longue haleine, les premières moutures ayant été écrites il y a plus de deux ans. L’écriture a donc évolué au fil du temps, puisant dans l’oeuvre de Marguerite Duras ou encore dans le polar, et se nourrissant de la personnalité et des propositions des interprètes.

Pour ce spectacle l’auteure metteur en scène a travaillé sur l’esthétique baroque, privilégiant l’illusion, la complexité tant dans les situations que dans l’essence même des personnages. Le baroque se traduit également par le biais d’un décors travaillé, tout en lignes et en profondeur. Les sons et la musique participent à parachever cet univers. 

L’intrigue se situe autours de trois personnages liés par un secret. Il s’agit d’un trio d’amis, d’amoureux, ou encore de rivaux. L’arrivée d’une jeune femme vient chambouler leur équilibre. La pièce traite de la séduction, du besoin de l’autre ainsi du rapport amoureux, toujours complexe et singulier chez les hommes et les femmes. 

Sylvaine Zaborowski qualifie sa pièce de « conte cruel », et c’est bien de cela qu’il s’agit. Les relations entre les personnages sont complexes, violentes et mystérieuses. Ces thèmes sont dans les habitudes de la dramaturge pour qui la violence est un thème d’écriture récurrent qui trouve sa place dans la poésie.

Une fable à découvrir les 5 et 6 mai, à 20h30 

IMG_5148 © Didier Goudal-1 copie

Les commentaires sont fermés.