LES SOULIERS ROUGES

de Tiziana Lucattini – Théâtre de l’Ephémère

Mammadera et Favilla courent, une course effrénée en direction du Sud, un Sud mythique pour Mammadera. Sa mère vient d’être assassinée, elle rêve d’aller là-bas, de retrouver une famille et d’échapper définitivement à « Eux », les tueurs d’enfants, les tueurs de pauvres… Elle entraîne dans sa fuite Favilla, elle lui a promis les souliers rouges de sa mère, ceux qui permettent de danser toute la nuit, comme au carnaval. Le problème, c’est que Mammadera ne semble plus se souvenir où elle a planqué les fameux souliers. La fuite éloigne les jeunes filles de leur zone, l’espace devient de plus en plus dangereux… Pour survivre à la violence, à la pauvreté, ces gamines des rues se comportent comme des adultes trop vite grandies, leur enfance leur a été volée, quel rêve résiste à une telle réalité ?

 

Texte de Tiziana Lucattini 

Mise en scène : Didier Lastère

assisté de Laurence Cazaux

Avec : Virginie Gaillard, Cindy Caplot

Création sonore/régie générale : Benoît Pelé

Traduction : Bernard Tesla 

Texte publié à l’Ecole des Loisirs 
« PETITES FORMES CONTEMPORAINES »Cette création sera la 3ème « petite forme contemporaine » proposée à des adolescents au sein d’établissements scolaires, foyers, maison de jeunes etc …
« Les souliers rouges » de Tiziana Luccattini prennent le relais de :  » En-quête » et « Conte d’un matin sans lendemain » de Jean-Yves Picq, proposés les saisons dernières dans le réseau Théâtre-Education de notre Scène conventionnée pour les écritures Théâtrales contemporaines.
Ce nouveau texte place encore une fois l’écriture théâtrale dans une relation engagée face à notre monde, histoire de redire que l’acte théâtral est un art d’ interpellation et de perturbation et qu’il donne souvent la parole à ceux qui ne l’ont pas…Didier LastèreLES SOULIERS ROUGES DU THEATRELe jumelage a été marqué cette année par la création et la diffusion dans les établissements scolaires de la pièce “Les souliers rouges” de Tiziana Lucattini, jouée avec fougue par deux jeunes comédiennes prometteuses : Cindy Caplot et Virginie Gaillard.
Ce spectacle a rencontré un grand succès auprès des élèves. Le thème des enfants des rues abattus comme des animaux nuisibles par des escadrons de la mort est bouleversant. L’originalité de la mise en scène de Didier Lastère exploitant les lieux les plus improbables de chaque établissement et le talent comme l’énergie des comédiennes sont pour beaucoup dans le succès de la pièce.
Et puis il y a cette histoire étrange des souliers rouges…
Comme beaucoup j’ai été frappé par l’image des souliers rouges. Ces souliers magiques qui permettent de se redresser, d’être admiré, de danser, de bouger, de participer au monde, de s’y intégrer, d’imaginer un avenir, n’est-ce pas ce que recherchent inconsciemment nos élèves ?
Ce qu’ils cherchent à acquérir en chaussant à prix fort “d’la marque” en guise de bottes de sept lieues… Dans les émeutes et les manifs de cette année, les jeunes n’avaient-ils pas ce cri subliminal “Nous voulons des souliers rouges !”
Dans nos ateliers théâtre nos élèves font-ils autre chose que de chausser des souliers magiques en devenant autres, en osant des paroles, des attitudes, des gestes nouveaux ? En croisant des regards attentifs et bienveillants ils se redécouvrent et regardent les autres autrement. Ils réinventent le temps du jeu une vie plus conviviale, plus humaine.
Spectateurs, ils admirent ceux qui chaussés des souliers rouges du théâtre, créent devant eux un univers à partir de leurs corps, de la parole et du plaisir du jeu.
Ainsi considéré le théâtre est une marge, un lieu d’utopie à l’envers du désespoir. Un lieu où l’imaginaire s’acharne à réinventer la vie. Pas étonnant que nos ados y prennent tant de plaisir, comme dans toutes les formes artistiques, vivantes et créatives d’ailleurs.
Quelle colère alors d’apprendre qu’on envisage “par mesure d’économie” de supprimer nos ateliers… et pourquoi pas bientôt nos jumelages ?
Il y a des pays où on tue les enfants. Ici on n’envisage encore que de tuer leurs rêves.
Laissez-nous nos souliers rouges !Joël Asselin, enseignant et coordonnateur théâtre.(juin 2006)

Photos du spectacle : http://www.flickr.com/photos/theatredelephemere/sets/72157632223661362/

DATES :

* 6 mars 06 à 18h30
Collège René Cassin à Ernée (53)
* 9 mars 06 à 18h30
Lycée privé de Pontlieue au Mans (72)
* 10 mars 06 à 18h30
Collège Jules Renard à Laval (53)
* 10 avril 06 à 20h10
Lycée Raoul Vadepied à Evron (53)
* 11 avril 06 à 20h10
Collège Béatrix de Gâvre à Montsûrs (53)
* 14 avril à 20h15
Collège Léo Delibes à Fresnay/Sarthe (72)
* 9 mai 06 à 20h45
Lycée Rousseau à Laval (53)
* 16 mai à 21h
Collège des Alpes Mancelles à Moulin le Carbonnel (72)
* 22 mai 06 à 21h
Collège Les Garettes à Villaines la Juhel (53)
* 23 mai 06 à 21h
Collège Ambroise Paré au Mans (72)
* 29 mai 06 à 21h05
Collège Léo Ferré à Ambrières les Vallées (53)
* 30 mai 06 à 21h05
Lycée Sud – Le Mans (72)
* 1er juin 06 à 21h10 – Lycée Saint Paul à Mamers (72)
* 6 juin 06 – Ecole primaire de Ballon (72)
* 6 octobre 2006 – Forum Jeunes/Le Mans (72)
* du 12 au 16 et du 18 au 22 décembre 2006 – Théâtre Paul scarron/Le Mans (72)
* 26 février 2007 – Collège de la Monnerie le Montel (63)
* 27 février 2007 – Salle des fêtes de Cunlhat (63)
* 28 février 2007 – Salle des fêtes de la Briqueterie à Saint Dier (63)
* 1er mars 2007 – Salle des fêtes d’Arlanc (63)
* 5 et 6 mars 2007 – Rouans (44)
* 19 et 20 mars 2007 – Craon (53)
* du 12 au 22 juillet – Festival Off d’Avignon
* 11 janvier 2008 – Loiron (53)
* 22, 23, 24 et 28 janvier 2008 – Poitiers (86)
* 08 février 2008 – Loué (72)

,

Les commentaires sont fermés.