Les balancelles

de Catherine Zambon – Compagnie Tutti Troppo

Voici une comédie qui emprunte son humeur à la farce, son mouvement à la féérie, mais qui commence de manière tragique, par un suicide. L’œuvre de Catherine Zambon est remplie de ces personnages affolés par l’ombre qui, au fil du récit, tracent leur chemin vers la lumière.

« Les Balancelles », c’est l’histoire d’une rencontre improbable entre deux personnages habités par des désirs contradictoires. Désir de chute pour la Lalue. Désir d’envol pour Léna. Désir de mort. Désir de vie.
« Les Balancelles » est une pièce joyeuse où les personnages sont agis par un appétit insolent. La faim pour la Lalue, le désir sexuel pour Léna. Un appétit tel qu’il les ramènera à la vie. Un miracle. Païen, cela va de soi. Sans parler du prince Enfeu, chez qui il y a cumul et de l’appétit et du désir sexuel.

Pour ces êtres en danger, portant en eux l’abîme de trop de vie, l’auteur invente une forme exemplaire, un carnaval de la langue où le cisèlement soutient l’outrance. La farce remplit alors littéralement sa fonction. Elle comble le corps désirant des personnages en donnant sa forme au récit. Et le « haut rire » déployé ici, en mêlant le ciel et la terre, en ressuscitant les mortes, en interrogeant la différence sexuelle, en plaçant le corps et ses émois au centre du récit, nous perturbe, nous « déroute », nous ensorcelle et nous fait réfléchir.

Alain Gautré.

Mise en scène : Alain Gautré

Avec :
Philippe Carbonneaux
Kristin Fredricksson,
Cécile Métrich
Doriane Moretus
Catherine Zambon

Décors : Philippe Marioge
Masques, marionnettes, maquillage, perruques : Véronique Hébet
Masques corporels, costumes : Lili Zancanaro
Musique : Etienne Saur / Lumière : Orazio Trotta

Coproduction : La Filature, scène nationale de Mulhouse, Théâtre de Grasse-scène nationale de Cavaillon, EPOPEA-Château de Pierrefonds, Maison de l’art de la communication de Sallaumines.

Spectacle créé en résidence au Théâtre Paul Scarron

 

Dates

20 février 2003 à 18h30
21 et 22 février 2003 à 20h30

Théâtre Paul Scarron

Les commentaires sont fermés.