L’enfant Dieu — FABRICE MELQUIOT

 

Sur un nuage, quelque part au-dessus de nos têtes, un trône de pierres et de bois précieux, comme suspendu à rien.

Une graine germée dans une boule de coton.

Assis en tailleur sur son trône suspendu, un enfant noir.

 

On entend le vent qui soulève doucement des bouts de nuage.

On entend les oiseaux crépiter dans les arbres.

On entend le kora et une voix d’enfant qui porte un chant très ancien.

 

 

KHALIFA : La première fois que je suis devenu Dieu

C’était après ma mort

Après ma vie de chien galeux

Ma vie inaperçue

Dans la saloperie

Je suis devenu Dieu un mercredi

Normal

Le jour des gosses qu’on m’a dit

J’étais enfant dans la vie j’ai pas été plus loin

Je courais les rues

À Dakar City

Je piochais des cartes jamais les bonnes

Mes frères et moi

Tous on se disait que la vie, ça sert à rien qu’elle passe inaperçue

Dans le pas d’amour

Rien de nice

Juste la peine

Pour en arriver là

Amadou, Babacar et moi

On se demandait

Les gosses errants

Mes frères et moi

On se demande à quoi on a servi

Je suis mort de faim et rongé par les bébêtes

Je suis mort à Dakar City

Un mercredi

Je me souviens

Le jour des gosses

Direct le Paradis

Dans la vie on n’a qu’une chance

Une seule et faut la prendre

Sinon la crève

Moi c’est Khalifa

Fils de Pa Ma Djibi

Qui sont fiers de moi

Khalifa

 

Depuis qu’un mercredi

Khalifa

Il est devenu l’Enfant Dieu

Comment c’est arrivé ?

Comme ça !

 

 

Khalifa claque des doigts

 

 

 

Vous voulez connaître la suite ?

Plusieurs possibilités :

Commander le texte dans une bonne librairie (Editions L’Arche)

L’emprunter à la médiathèque du Mans

Venir le lire à la bibliothèque-centre de ressources du théâtre Paul Scarron. Le fonds est composé de 2000 textes édités ou non, d’ouvrages de référence, de pédagogie, d’histoire du théâtre, …. N ‘hésitez pas à nous appeler pour annoncer votre visite.

 

,

Les commentaires sont fermés.