Le Théâtre du Fracas interroge l’eugénisme les 25 et 26 janvier 2016

Avec Eugénie* Côme de Bellescize**, auteur et metteur en scène que vous avez pu découvrir avec Amédée la saison dernière, interroge de nouveau le handicap au sein de notre société.

Là où Amédée se penchait sur un jeune homme valide se retrouvant en situation de handicap après un accident Eugénie se tourne vers un enfant à naître et le risque de son anormalité.
Ainsi le spectacle se base sur des fantasmes de perfection et le risque, non confirmé, que cette perfection ne soit pas atteinte –  fantasmes qui se mêlent concrétement à la réalité sur scène, avec notamment la présence et la parole de l’enfant à naître : Eugénie -.

Quelle décision prendre alors en tant que futurs parents ? L’envie d’avoir un enfant est-elle plus forte que la normalisation prônée par la société ?

De nouveau la volonté de l’auteur n’est pas d’imposer son point de vue mais d’amener le spectateur à se questionner, passant sans cesse d’un sentiment à l’autre à l’instar des personnages.

« D’abord, cette figure monstrueuse permet de soulever la question de la standardisation et de la force normative de notre société. En plaçant un être difforme dans un société policée, voire standardisée, je mets les contraires en présence. » Côme de Bellescize

Eugénie_Bérodot_large_web ©Antoine Melchior_2388
*Comme pour Amédée le titre, reprenant le prénom d’un des personnages, est lourd de sens. L’étymologiquement  » Eugénie  » vient du grec  « bien né » qui a aussi donné le terme « eugénisme  » qui signifie transférer le patrimoine génétique de l’espèce humaine dans le but de le faire tendre vers un idéal déterminé.
Eugénisme classique : sélection des procréateurs
Eugénisme nouveau : sélection des gamètes
** Côme de Bellescise a été accueilli en résidence d’écriture pour son projet Eugénie en 2012. Les premières pages de ce texte ont ensuite été lues à l’occasion d’une journée professionnelle « Premier Plateau » organisée par l’Éphémère en octobre 2013. Enfin sa création Amédée a été jouée en avril 2015 au Scarron.

,

Les commentaires sont fermés.