L’AFFICHE

de Philippe DucrosPanta Théâtre (Caen)

Un spectacle présenté en co-réalisation par l’Espal et le Théâtre de l’Ephémère,
dans le cadre du cycle « Libertés? Des voix s’élèvent… »

Il présente trois spectacles au plus près de l’actualité, pour dire les fractures et les iniquités de notre monde.

L’Affiche décrit la violence insupportable d’un impossible quotidien sous occupation.

La parole est donnée à ceux qu’on n’entend jamais, aux gens simples qui en subissent les impacts, des deux côtés du mur.

En Palestine, lorsque quelqu’un meurt d’une cause reliée directement à l’occupation, des factions s’approprient sa mort, font une affiche avec la photo du martyr et en tapissent les murs du pays.
Les rues en sont tout à fait recouvertes…

La martyrisation est une arme de guerre extrêmement présente dans les deux camps.

Abou Salem est imprimeur de ces affiches. Un jour, il se retrouve à imprimer l’affiche de martyr de son seul fils.

Salem est mort lors d’un affrontement avec les soldats qui hantent son camp de réfugiés. On suit les destins des deux côtés de la balle.

Oum Salem la mère du martyr ne voit rien d’autre que la haine, elle souffre jusqu’à la destruction.
La famille se dégrade, la colère ne laisse plus de place à l’humanité.

De son côté, Itzhak, le soldat responsable de la mort de Salem, se retrouve submergé par la violence de son geste et par l’impitoyable cruauté de l’occupation.

En marge, Shadida, la soeur de Salem, essaiera tant bien que mal de rêver avec son amoureux Ismaïl, et ce malgré les check points, malgré l’incarcération administrative, la résistance, le soleil et le ciment. Malgré la soif et la Mer Morte qui baisse d’un mètre par année. (…)

Philippe Ducros

ll y a aussi un barbier, un rabbin et un médecin, un berger et un charpentier conversant sur le Jourdain, un fils et son père prêt au sacrifice, un homme et son oiseau, et au milieu d’eux, un journaliste québécois…

Au fond de la scène, le mur qui sépare les deux peuples – « mur de la honte » – et au centre du plateau, la table des négociations. C’est autour de cette table que se croisent les vies, les destins de ces hommes impliqués malgré eux dans le conflit entre Israël et la Palestine. Le vécu de chacun se dit avec une grande justesse et sans pathos. C’est violent et humain à la fois. Une chose est certaine, on ne ressort pas indemne de ce temps au coeur du Proche-Orient.

Extrait

Dis aux journaux de chez vous qu’on ne ressent aucune fierté à voir nos enfants se faire tuer

Mise en scène :
Guy Delamotte

Avec :

Patrick Azam
Véro Dahuron
Christine Guênon
Michel Quidu
Martine Schambacher
Alex Selmane
Timo Torikka

Scénographie :
Jean Haas

Costumes :
Cidalia Da Costa

Lumières :
Fabrice Fontal

Musique et son :
Denis Gambiez

Vidéo :
Laurent Rojol

Régie générale :
Frédéric Bertuglia

Production :
Le Panta-Théâtre

Co-production :
Le TARMAC de la Villette, CDR Haute-Normandie – Théâtre des 2 Rives.
Avec le soutien du Fonds SACD, de l’ARCADI, de Cultures France et de l’ODIA.

La compagnie est conventionnée par le Ministère de la Culture – Direction Régionale des Affaires Culturelles de Basse Normandie, le Conseil Général du Calvados – ODACC, la Ville de Caen. Avec le soutien de l’ONDA.

Dates

Mardi 24 novembre 2009 – à 20h30

à L’Espal, Le Mans

,

Les commentaires sont fermés.