LA SEMEUSE — FABRICE MELQUIOT

 

MODANE, CAFÉ DES SPORTS, 13 DÉCEMBRE

 

ELLE. Le train a déraillé sur la première neige. Le train déraille. À prévoir. L’ironie fond dans la neige avec toi. De quoi sourire oui.

Mais non, pas sourire.

Je ne suis plus une femme.

Un fusil mal réglé.

Je louche et je bégaie.

À cause de toi.

À cause de la première neige où gèle ce qu’il me reste d’organes pour me souvenir du présent. Me souvenir de toi, puisqu’à présent je dois me souvenir de toi.

Je ne suis plus une femme. Tu me réduis à rien.

Fils de pute.

Je t’emmerde.

Je bois des bières à la montagne.

Noire la première neige, un sale coup.

Noire ici la nuit qui gèle.

Noirs les types au zinc.

Je ne suis plus une femme.

Une gare fermée pour travaux.

 

Je bois des bières à la montagne.

Je prends la route vers te quitter, puisque tu pars.

Demain je serai loin, je passerai la frontière et si mon train déraille, je marcherai.

 

Semer tes mots pour te semer. Un à un, tes mots, semés.

Le premier, je le coince sous ma chope. Triste sous-bock. Tes premiers mots d’amour, écrits pour moi sur du papier millimétré. Tu écrivais sur du papier de géomètre, tu prenais sur moi tes mesures. Depuis tu m’as semée, millimètre par millimètre.

J’abandonne à l’hiver ces mots que l’encre punaise en moi, tu leur avais donné un titre :

LUI. « Prélude à la lune un œil ouvert »

ELLE. Un poème tu avais dit, tu avais dit c’est aussi bien que dire je t’aime et cetera.

LUI. Dans l’encrier

Saignent les pieuvres

Effarées

ELLE. Tu écrivais des poèmes, que j’avais aimés, maintenant ils sont cons à pleurer je m’en débarrasse, je bois des bières à la montagne, tes poèmes je torche ma chope avec.

Les regarde de haut.

 

LUI. Dans l’encrier

Mes errata succombent

À un manque de pardon

 

ELLE. Je pleure pas.

Même je rigole.

« Prélude à la lune un œil ouvert »

Ton œil, si je te chope, je le poche.

 

 

Vous voulez connaître la suite ?

Plusieurs possibilités :

Commander le texte dans une bonne librairie (Editions L’Arche)

L’emprunter à la médiathèque du Mans

Venir le lire à la bibliothèque-centre de ressources du théâtre Paul Scarron. Le fonds est composé de 2000 textes édités ou non, d’ouvrages de référence, de pédagogie, d’histoire du théâtre, …. N ‘hésitez pas à nous appeler pour annoncer votre visite.

,

Les commentaires sont fermés.