LA FEMME BOMBE

de Ivana SajkoCompagnie Mappa Mundi

Imaginez ce qui traverse la conscience de celui qui va commettre un attentat suicide. Quelle est sa vie, s’il préfère la sacrifier que la vivre ?
La Femme Bombe est une invitation à discuter du terrorisme à un niveau abstrait.
Plus que de traiter de la figure réelle du kamikaze moderne d’obédience islamiste, la pièce invite à s’interroger sur la manière dont la folie ordinaire du monde quotidien peut pousser un individu occidental -une femme en l’occurrence- à rejeter l’illusion de la confortable sécurité sociale et mentale pour la position radicale de l’attentat suicide. C’est moins de Ben Laden dont il est question ici que de Sarah Kane. « La tragédie de la Femme Bombe, c’est qu’il n’y a plus de pouvoir. Personne ne va réagir, personne ne sera offensé. Ca ne va rien changer.

Un défi

L’écriture d’Ivana Sajko, comme la dramaturgie de toute la nouvelle écriture théâtrale (qui apparaît au milieu des années quatre-vingt-dix avec Sarah Kane) impose de nouvelles exigences à l’acteur. Le texte n’offre plus de cadre précis à l’action qui semble diluée dans la textualité. L’acteur est obligé de chercher les repères du jeu dans la problématique traitée et ainsi dans son rapport avec le monde. Le conflit dramatique, n’explosant plus entre les protagonistes, est déplacé dans le corps. Ainsi, jouer signifie mettre en question, et même offrir au public le monde comme question et l’individu comme conflit permanent. Dès la première lecture de La Femme bombe, j’ai senti que c’était pour Aude. Je l’aime parce qu’elle ne joue pas. Elle vit sur scène cette vie-éclair qui éclaire. Ivana et Aude m’aident à me voir. Partagez ce plaisir avec moi !

Miloš Lazin

 

Texte de Ivana Sajka
Traduit du croate par Mireille Robin

Mise en scène : Milos Lazin

Avec : Aude Briand

Création sonore et musicale : Philippe Ollivier
Scénographie et costume : Catherine Calixte
Création Lumière et Direction technique : François Verron

 

Dates

Mercredi 9 avril 2008 à 20h30
Jeudi 10 avril 2008 à 18h30

Théâtre Paul Scarron

,

Les commentaires sont fermés.