La dernière balade de Lucy Jordan — FABRICE MELQUIOT

 

Une ville, sous la pluie.

Le Grand Chauve, qui marche.

Une femme dans ses bras.

Un jour de grève. Un vendredi 13, mais ça n’a rien à voir.

Une ruelle, un banc sous un arbre.

LE GRAND CHAUVE. Il pleut.

Tu t’enrhumes ;

La ville fait grève, les hommes revendiquent.

Alors comme ça ta mère est morte ?

Ben oui.

Elle a souffert ?

Ben non, c’est déjà ça.

Ben oui, mon vieux, faut se dire que c’est déjà ça.

Tu traverses la ville, rien ne compte que les slogans qu’on scande, tu traverses la ville pour la science, donner Maman à la science.

L’homme disparaît, emportant la femme.

Cesse la pluie.

La ville, à sa périphérie.

Un immeuble, parmi les immeubles.

Trois fenêtres : vue sur les voies rapides, vue sur le stade de foot, vue sur la ville blanche.

Et personne ne t’arrête et personne ne te voit.

Tu voudrais pleurer, histoire de pleurer.

Rien ne vient.

C’est quand même pas compliqué de nos jours, un petit glissement de terrain.

Une cage d’escalier.

L’odeur des poubelles qui s’entassent au rez-de-chaussée.

L’odeur des caves.

L’odeur de ceux qui vivent là.

L’après-midi, vers quatre heures.

ARI. Tu presses la bande de gaze sue l’index coupé, la pulpe du pouce plus pressée sur la gaze que toi de rentrer au bercail, ton premier accident de travail un doigt saigné au tendon, dans le nerf des murs tu laces la boule noire de ton engin, les murs : de l’aluminium déchiré, l’ancienne verrerie un château de sable, un job pas risqué ce sont les murs qui prennent, les murs que tu démolis à coups de boule aucun risque, sauf quand on oublie son doigt dans la glissière de la fenêtre.

À cet instant la bande de gaze, à cet instant au repos ton engin, à cet instant les barreaux de la rampe, l’essoufflement des marches, sur le périphérique un camion-citerne double une Jaguar, c’est  une première mais ça n’a rien à voir, à cet instant, ta vie Ari, ta vie est la même qu’hier, à des points de suture près, comment savoir dans le vertige des marches gravies, que le diamant du pick-up crisse dans le sillon du disque.

Lucy Jordan est morte.

 

Vous voulez connaître la suite ?

Plusieurs possibilités :

Commander le texte dans une bonne librairie (Editions L’Arche)

L’emprunter à la médiathèque du Mans

Venir le lire à la bibliothèque-centre de ressources du théâtre Paul Scarron. Le fonds est composé de 2000 textes édités ou non, d’ouvrages de référence, de pédagogie, d’histoire du théâtre, …. N ‘hésitez pas à nous appeler pour annoncer votre visite.

,

Les commentaires sont fermés.