J’HABITE UNE BLESSURE SACRÉE

adaptation du livre de Jean Ziegler

Dans le cycle « Libertés ? des voix s’élèvent… »

Lundi 18 Février et Mardi 19 Février à 20h30 au Théâtre Paul Scarron

Seule sur un plateau nu, elle avait fait résonner les mots âpres et insoumis de la journaliste russe Anna Politkovskaïa avec Non rééducable. Mireille Perrier revient cette saison dans le cycle « Théâtre Libertés ? Des voix s’élèvent… ».
La comédienne et metteur en scène signe un théâtre résolument citoyen qui puise son sens dans les combats d’aujourd’hui pour la dignité et la liberté.J’habite une blessure sacrée, pièce pour quatre acteurs, raconte la difficulté pour les peuples du monde à dépasser un désordre injuste et irrationnel, toujours plus entraînés vers le chaos. [….]
Ici, sur scène, c’est 1994 : les acteurs prêtent leurs corps à Nelson Mandela qui, soulevant avec ses compagnons le peuple des townships, veut affranchir la terre d’Afrique du Sud du partage raciale.
Là, c’est 2007, le fleuve niger qui nourrit les terres d’où sont sorties les grandes civilisations occultées d’Afrique de l’ouest, dont les fleurs, les arbres, les oiseaux et les poissons agonisent désormais dans les huiles noires et épaisses, dégorgées par les géants de l’industrie pétrolière. C’est le fleuve niger, dont les pêcheurs n’ont plus à offrir au monde que le spectacle du désespoir masqué sous les cagoules de la guerre clandestine.
C’est aussi 2006 : La victoire de peuples cultivateurs natifs d’Amérique du Sud qui se rendent maîtres de la terre et du destin. Par-delà cinq siècles de conquêtes et de domination, ils résistent avec force et dignité aux nouvelles volontés financières et à leurs intimidations.
Commissaire à l’alimentation au sein de l’organisation des nations unies, le sociologue, Jean Ziegler met, dans son action auprès des populations du ‘SuD’ comme dans ses livres, sa connaissance du terrain et des institutions internationales au service du combat pour la dignité des hommes et des femmes sacrifiées par l’ordre financier.

Adaptation et mise en scène Mireille Perrier

Avec : STÉPHANIE FARISON, HOUNHOUÉNOU JOËL LOKOUSSOU, BENJAMIN BAROU-CROSSMAN, MIREILLE PERRIER
Lumières : FRANCK THÉVENON
Musique : NGUYÊN LÊ
Sons : TAL AGAM
Décors : MARGUERITE ROUSSEAU
Costumes : LAURE JEGER
Graphisme : MARIE LEMÉTAYER

COPRODUCTION L’ABEILLE ET L’ORCHIDÉE, LA MAISON DES MÉTALLOS ET FONTENAY EN SCÈNES.
AVEC L’AIDE À LA CRÉATION DU CONSEIL GÉNÉRAL DU VAL DE MARNE

Première page du texte : J’habite une blessure sacrée

, ,

Les commentaires sont fermés.