JE PEINDRAI DES ETOILES FILANTES ET MON TABLEAU N’AURA PAS LE TEMPS — FABRICE MELQUIOT

 

Dans une nuit épaisse, où les lumières d’une ville d’Europe, malgré la puissance des néons et leur quantité, ne parviennent pas à donner ne serait-ce qu’un peu de lumière de l’autre côté, loin de l’Europe – trop de déserts de villes brûlantes de mers et d’océans entre ce côté-ci et l’autre côté – là-bas, où un transistor grésille près d’une femme seule, qui chante comme on lance à la mer une balise de détresse, elle chante et dans la nuit c’est la voix de son mari qu’elle espère pour escorter son chant.

 

ROKHAYA (chante)

Souma manon dème si kaw assamane bi oute fa lou kène amoul

Souma manon gasse si souf gui oute fa lou kène amoul*

*Si je pouvais aller au ciel, chercher ce que personne ne peut trouver

Si je pouvais creuser la terre, chercher ce que personne ne peut trouver

 

Silence.

L’homme cherche dans la nuit les formes qui la traversent ou l’habitent.

Il cherche d’autres formes que la nuit traverse ou habite.

Un banc où s’asseoir un instant.

 

IBOU

Rokhaya les étoiles de ce côté-ci du ciel n’éclairent pas comme chez nous

Et même on ne les attrape pas comme on le voudrait

J’ai essayé

Bredouille je suis rentré rekk

Il faudra que je t’achète un parfum

En souvenir

De mon voyage de ce côté-ci

Rokhaya mauvaise carne

Il faudra que je m’échine

Pour t’acheter un parfum

Quand chez nous il est si facile de pêcher une étoile

De ciel ou de mer

Un oursin ou la Grande ourse

Rien de plus dans mes cordes

Mais de ce côté-ci ma femme

Les étoiles, à la main ça ne marche pas

Tu te cognes en croyant les pêcher

A cause des intercalaires

Entre la vérité d’une chose et son reflet

Tu vas pour attraper

Ta main passe à travers comme dans l’eau d’un cours paisible

Ici tout se reflète

Je prends l’habitude de me recoiffer dans la vitrine des boutiques

Moi rekk

Le crois-tu ?

Comment va ton foie mauvaise carne ?

J’ai voulu prendre entre mes doigts une étoile de ciel

Comme je fais le soir devant la maison pour te faire regarder le ciel et plus regarder ton foie

J’ai voulu mais dans une vitre j’ai cogné mes doigts

Noirs dans la nuit même couleur

Sauf que les néons

Faut que tu voies ça

Ouh

Les néons

 

Vous voulez connaître la suite ?

Plusieurs possibilités :

Commander le texte dans une bonne librairie (Editions L’Arche)

L’emprunter à la médiathèque du Mans

Venir le lire à la bibliothèque-centre de ressources du théâtre Paul Scarron. Le fonds est composé de 2000 textes édités ou non, d’ouvrages de référence, de pédagogie, d’histoire du théâtre, …. N ‘hésitez pas à nous appeler pour annoncer votre visite.

,

Les commentaires sont fermés.