FIEVRE

de Wallace Shawn – Apocryphe Tendance Le Nouvel Olympia – Théâtre de l’Espace

Cet arbre devant lequel vous passez tous les jours, vous le voyez ? Non. Il est là, il existe, il est réel, mais vous ne le voyez pas, vous ne le voyez plus, l’avez-vous même déjà réellement regardé ?

Fièvre c’est cela, ce qui est là, à côté de vous, de nous, et auquel nous ne prêtons aucune attention, par habitude, lassitude, ignorance, indifférence.
Wallace Shawn, acteur et dramaturge américain a écrit ce texte pour tenter de rompre notre aveuglement collectif. Fièvre rend compte de l’injustice la plus viscérale et la plus banale de nos sociétés gavées, l’injustice économique.
Avec une sobriété et une tenue fascinante, la comédienne Simona Maïcanescu, porte ce texte qu’elle a adapté pour la scène.

Fièvre l’interpelle, elle, d’origine roumaine, issue d’un pays laminé par des années de communisme et happé par la jungle capitaliste.
Avec la complicité du suédois Lars Norén, auteur et metteur en scène de renom, elle pose les questions dérangeantes et fondamentales d’une femme intranquille, qui ouvre peu à peu les yeux sur la pauvreté et les inégalités. Fièvre révoltée, que le théâtre rend contagieuse.

Fièvre est un beau texte, majeur, terrifiant. Il nous est indispensable. Il décrit la vie, ou plutôt la fuite de la vie. Notre vie à nous et celle des autres dans la société occidentale.
Ce que pour notre bien-être matériel nous sacrifions et détruisons. Il ne dit rien qu’on ne sache déjà mais il le dit avec une implacable rigueur.
lars Norén

Libertés ? des Voix s’élèvent…

Extrait

Vous ne trouvez pas – quand vous voyagez dans un pays inconnu – que les odeurs sont plus fortes, plus dérangeantes ? Et quand vous sous réveillez en sursaut au milieu de la nuit – quand vous vous réveillez à une heure bizarre – quand vous voyagez et que vous vous réveillez dans un endroit inconnu, vous n’avez pas peur ?
Je n’arrête pas de trembler… Pourquoi ?
Qu’est-ce qui se passe ? il se passe quelque chose, très loin, dans un autre pays. Oui, je m’en souviens. L’exécution. l’article du journal disait que ce serait l’heure, aujourd’hui.
….

Traduction, adaptation et interprétation : Simona Maïcanescu

Lumière : Jean Poisson
Costume : Chatoon
Son : Sophie Buisson
Collaboration artistique : Nelly Bonnafous, Anne Seiller

Une coproduction:
Apocryphe Tendance Le Nouvel Olympia – CDR de Tours, Théâtre de l’Espace – Scène nationale de Besançon. Avec le soutien de l’Athénée – Théâtre Louis Jouvet

Dates

Mardi 18 et mercredi 19 janvier 2011 à 20h30

, ,

Les commentaires sont fermés.