ETAT D’URGENCE – FALK RICHTER

LA FEMME.- Dis

L’HOMME.- Quoi ?

LA FEMME.- Tu vas bien ?

L’HOMME.- bref silence. Oui

LA FEMME.- …ça va bien, je veux dire… tu vas ?

L’HOMME.- Quoi ? Oui, bien sûr

LA FEMME.- Tu vas…

L’HOMME.- Quoi ? Oui

LA FEMME.- Tout va bien pour

L’HOMME.- Moi ? Quoi ? Oui.

LA FEMME.- Sûr ?

L’HOMME.- Quoi ?

LA FEMME.- Tu es sûr ?

L’HOMME.- Oui

LA FEMME.- Complètement sûr

L’HOMME.- bref silence. Quoi ? Oui

LA FEMME.- Ah bon

L’HOMME.- Oui

LA FEMME.- Alors il n’y a rien ?

L’HOMME.- Quoi ? Non

LA FEMME.- Rien

L’HOMME.- Qu’est-ce qu’il devrait y avoir, non

LA FEMME.- Tout va bien ?

L’HOMME.- Quoi ?

LA FEMME.- Pour toi ?

L’HOMME.- Oui

LA FEMME.- Bon

L’HOMME.- Oui

LA FEMME.- Ah bon

Silence.

Viens là

L’HOMME.- Quoi ?

LA FEMME.- Viens là, c’est tout

L’HOMME.- Mais je suis près, là

LA FEMME.- Non viens… plus près

L’HOMME.- Oui

LA FEMME.- Regarde-moi

L’HOMME.- Mais qu’est-ce qu’il y a ?

LA FEMME.- Regarde moi, c’est tout, allez

Il le fait.

Qu’est-ce que tu veux ?

L’HOMME.- Quoi ?

LA FEMME.- Qu’est-ce qu’il y a ?

L’HOMME.- Laisse-moi

LA FEMME.- Non, regarde-moi

L’HOMME.- Oui

LA FEMME.- Ce regard, il y a quelque chose… je ne sais pas mais… il y a quelque chose de…

L’HOMME.- Non

LA FEMME.- Différent

L’HOMME.- Quoi ?

LA FEMME.- Différent, chez toi… il y a quelque chose de différent

L’HOMME.- Non

LA FEMME.- Il y a quelque chose de différent

L’HOMME.- Chez moi, non, rien n’est différent …

Les commentaires sont fermés.