DANCEFLOOR MEMORIES

© Alain Szczuczynski

“…Marguerite fait sa révolution. Elle qui a connu son mari Pierre des décennies plus tôt est maintenant attirée par un autre homme. Ce Gary, un ancien G.I. qui porte beau, ne mâche pas ses mots quand il s’agit de lui avouer un attrait tout sauf platonique… Pierre, lui, ne sait plus. Il oublie un peu tout, tout le temps. Marguerite l’aide. Et l’aime. Que faire ? Céder aux sirènes de “l’ami américain” ou rester fidèle et dévouée à son mari ?

Résoudre avec une infinie tendresse et un humour souvent décapant ce dilemme qui pourrait être tragique, c’est le miracle qu’opère Dancefloor Memories.

La tentation de l’adultère ? L’impuissance douloureuse face à la maladie qui empire ? L’amour quand on n’est plus de la première jeunesse ? Ces thèmes enchevêtrés pourraient aisément donner lieu à un spectacle tire-larmes, façon saga de l’été. Mais leur imbrication, ici toute naturelle, constitue au contraire une force.

Car c’est bien une impression de vie et d’énergie joyeuse qui se dégage en définitive de cette pièce en cinq “mouvements”.

Céline Doukan – Les trois coups

Théâtre Paul Scarron

Jeudi 17 janvier à 18h30 – Vendredi 18 janvier à 20h30 – Samedi 19 janvier à 18h30

Durée : 1h10

DANCEFLOOR MEMORIES
de Lucie Depauw
• Koïnè Editions
Le texte a été sélectionné par le comité de lecture du Théâtre de l’Ephémère

Théâtre de l’Éphémère
Mise en scène : Didier Lastère
Avec : Yves Barbaut, Alain Bert et Danielle Maxent
Scénographie : Jean-Louis Raynaud / Espace sonore : Amélie Polachowska
Création lumières : Stéphane Hulot / Costumes : Christine Vallée
Assistanat à la création : Axelle Lebatteux / Régie générale : Jean-Philippe Barrière et Rafi Wared
Production Théâtre de l’Ephémère – Scène conventionnée pour les écritures théâtrales contemporaines

Les commentaires sont fermés.