Archive | Saison 2014-2015

Deux vieilles dames

Ce qui arrive à ces vieilles dames est à chaque fois surprenant, différent, inattendu, mais les histoires qu’elles nous racontent reviennent toujours au même point : elles ne peuvent pas vivre l’une sans l’autre, même si elles considèrent que vivre ensemble n’est pas non plus si formidable que ça. Un pacte mystérieux les lie… Et elles s’aiment tant, que ça les rend presque malheureuses.

→ Lire

LA CHEVELURE DE BÉRÉNICE

Dans une ambiance d’apocalypse, La Chevelure de Bérénice raconte le voyage initiatique d’une enfant poubelle enfuie de la montagne d’immondices où elle vivait et sa rencontre avec un fou vivant de poèmes.

→ Lire

Mission

Il y a des spectacles qui vous saisissent sans crier gare, qui vous touchent,
vous bouleversent, vous transpercent par leur justesse et leur intensité.
Déjà, la saison passée, Bruno Vanden Broecke nous avait émus dans le rôle.

→ Lire

Roman

Un homme et une femme se retrouvent dans les ruines d’un karaoké. Une maison abandonnée. Un appartement vide. Tout est blanc. Dévasté. Lui et elle. Dans cet espace clos. Intérieur. Elle et lui. L’un à l’autre. Confrontés. Un homme. Une femme. Une femme. Un homme. L’un à l’autre. Affrontés.

→ Lire

III

Variation très contemporaine autour de la figure de Richard III, la pièce de Philippe Malone emprunte à Shakespeare ses personnages pour réinterroger la question du pouvoir, des pouvoirs, dans les passions et les contradictions du monde d’aujourd’hui.

→ Lire

Pour Louis de Funès

Un spectacle singulier, à la fois conférence poétique, performance, témoignage généreux. Une oeuvre « théorique », qui explore le corps de l’acteur où l’espace et la parole se croisent dans le foyer respiratoire. Insaisissable et agissant, le langage y apparaît comme une figure de la matière.

→ Lire

Impossibles rencontres

En quelques séquences rapides, drôles, cruelles, l’auteur aborde une nouvelle et éternelle confrontation de l’homme et de la femme.
 Que reste-t-il de nos amours ? Morceaux de corps, détails intimes, instants heureux, malheureux que la mémoire réaménage en boucles obsessionnelles.

→ Lire

Ma famille

Dans cette pièce située en Uruguay, on vend les enfants comme on respire : pour survivre. Aucun jugement moral n’est donné.

→ Lire

20 ans et alors !

Avec ce texte nous tentons de saisir le trouble de l’arrivée au Monde, pas celle de notre naissance, mais plutôt l’arrivée à l’orée de l’âge adulte, lorsque notre innocence est mise à mal, et que notre incompréhension nous laisse silencieux ou révoltés.
Avec ce texte nous questionnons nos rêves, nos doutes, nos vies, notre génération.

→ Lire

Nés poumon noir

Cette histoire, c’est celle de tous. Mochélan, qui a grandi dans une ville industrielle en décrépitude, se lève pour la dire, la poétiser, la slamer, la malaxer.

→ Lire

Orphelins

Chez eux, un soir, Hélène et son mari dînent en tête à tête lorsque Liam, le frère d’Hélène apparaît, couvert de sang. Il prétend avoir aidé un jeune blessé sur le trottoir. Mais le récit de Liam commence à changer de version au fil de la conversation…

→ Lire

Nuit El Warsha

Sous la forme d’un « cabaret urbain », des Égyptiens d’aujourd’hui, issus de toutes les régions du pays, font cercle sur scène et se présentent comme ils sont, chacun leur tour
face à l’audience, pour un chant ou un récit. Les autres écoutent et font chorus.

→ Lire

Désertion (Jour 0)

À la fois brûlot, chant d’amour, cri de douleur, contre l’ennui et la désespérance, contre l’ordre et la morale, contre le règne des apparences, Désertion (jour 0) en appelle à la liberté, dans un acte de joie fondateur.

→ Lire

Amédée

Amédée a vingt ans, il est fou de jeux vidéo, de voitures, de courses et de sa petite amie. Il a un bon copain, un grand cœur et veut s’engager chez les pompiers… Mais sur la route, Amédée croise un camion qu’il ne peut éviter. Son destin bascule. Le jeune homme ne pourra plus marcher, ni bouger, ni parler…

→ Lire

Les Délices De l’Ambiguïté

Ce texte témoigne de la relation toujours à réinventer entre les femmes et les hommes, de la violence possible, mais non désirée, de cet immense besoin de l’autre, et de la demande d’amour qui continue de sourdre dans le théâtre que j’écris.

→ Lire