BOULI MIRO — FABRICE MELQUIOT

 

À LA MATERNITE.

 

DADDI ROTONDO. File-moi tes clopes, sale mioche. J’en peux plus, faut que je fume, je vais devenir Daddi aboule tes clopes je te dis !

DADDI ROTONDO.Quand Bouli est né, j’ai tout fumé. Mes cigarettes au menthol, les cigarettes russes qu’une infirmière gardait pour son quatre-heures, les cigarettes au chocolat de ce gamin qui traînait dans le couloir de la maternité. Tout fumé, même le chocolat. Quand mon Bouli est né, il n’a pas crié de peur de faire du bruit, de peur d’avoir peur après le cri.

 

MAMA BINOCLA. Waaahhhhhayayayayasooorsdeeeelllaaaaa !!!

 

DADDI ROTONDO. Ma femme, elle, n’a pas pu s’en empêcher. Elle a percé les tympans de l’infirmière qui déjà avait perdu son quatre-heures, c’était pas sa journée.

 

DADDI ROTONDO. Je suis Daddi, je suis Daddi !

 

MAMA BINOCLA. Je suis Mama !

 

Daddi Rotondo. Il est où mon fils, mon caïd, le sang du sang de mon nombril, il est où ?

 

DADI ROTONDO. Bouli tremblait dans un linge blanc et rouge. Je ne voyais que ses yeux entre deux plis.

 

MAMA BINOCLA. Je suis Mama, il est où mon fils ? Mon amour Daddi, il est où notre caïd ?

 

DADDI ROTONDO. Mon amour Mama, c’est pas un hasard si elle s’appelle Binocla. Elle n’y voit pas à trente centimètres. La première fois, elle m’a pris pour un kiosque à journaux Je lui ai dit : Mademoiselle, votre chien fait pipi sur ma jambe.

 

MAMA BINOCLA. Mince alors, un kiosque à journaux qui parle !

 

DADDI ROTONDO. Je suis très gros, c’est pour ça. Je n’ai pas su le dire autrement ni plus tard, je l’ai dit dans la foulée : je suis très gros, je ne suis pas un kiosque.

 

MAMA BINOCLA. Dis, Daddi mon amour, pourquoi on me donne un bilboquet ? Je viens d’accoucher, je veux pas jouer au bilboquet.

 

DADDI ROTONDO. Chérie, c’est pas un bilboquet, c’est lui. C’est le petit, c’est sa tête là, déconne pas Mama, tu vas le vexer.

 

DADDI ROTONDO. Mon amour Mama, quand je lui ai proposé des solutions pour sa vue bigleuse, elle m’a dit :

 

MAMA BINOCLA. Je suis allergique aux branches, allergique aux lentilles.

 

DADDI ROTONDO. Son chien a fait pipi sur ma jambe, je n’ai pas bronché. J’ai laissé faire, je venais de tomber en amour de sa façon de ne pas voir le monde. Et elle venait de tomber en amour d’un gros lard, c’était pas sa journée.

 

Vous voulez connaître la suite ?

Plusieurs possibilités :

Commander le texte dans une bonne librairie (Editions L’Arche Jeunesse)

L’emprunter à la médiathèque du Mans

Venir le lire à la bibliothèque-centre de ressources du théâtre Paul Scarron. Le fonds est composé de 2000 textes édités ou non, d’ouvrages de référence, de pédagogie, d’histoire du théâtre, …. N ‘hésitez pas à nous appeler pour annoncer votre visite.

,

Les commentaires sont fermés.