Autour de « Dancefloor Memories »

Nos amoureux à Mamers

Mercredi 16 janvier, deux de nos comédiens, Yves Barbaut et Danielle Maxent, ont mené des ateliers avec des lycéens de Mamers.

 

Didier Lastère nous raconte

Accueilli au micro de Manon Foucault à Radio Alpa dans l’émission « La Vie Culturelle » pour parler de son spectacle, vous pouvez écouter l’interview de Didier Lastère : ici 

 

Home Sweet Home

Avant la première représentation, répétitions de dernière minute. 

     

Le metteur en scène Didier Lastère remplace un des comédiens ci-dessus. Des images des répétitions.
Photographies : Alain Leliepvre. Toutes ses images : ici

 

La chaise

Un parquet qui part en morceaux et une chaise, pour seul décor. Une chaise où Pierre s’assoit, où l’on pose le tourne-disque, mais qui est seule souvent, isolée, en dehors du parquet.

« Dans le couloir lumineux tournant autour du dancefloor, une chaise est isolée.
C’est une chaise de bistrot en bois courbé de Baumann (on connait aussi sa célèbre chaise en bois pour bébé, transformable en tablette de jeu).
Elle palpite sous les lumières de S. Hulot, comme si sous son cuir de bois circulait encore une humeur vivante.

La chaise a été l’objet le plus produit par les designers/industriels du XXè siècle.

Au théâtre on dirait bien que la chaise y figure comme un signe, un accessoire indispensable, une géométrie élémentaire concentrant quelques éléments de notre société policée, tout comme la table. Ces 2 symboles suffisent à évoquer un intérieur complet, une civilisation concentrée, à l’instar de certaines illusions d’optiques, qui en deux traits nous font percevoir une forme solide et finie. »

Texte et images : Alain Leliepvre. Le reste des images : ici

 

 

Et la danse commence

 

Avant la représentation de vendredi, un groupe du CE CEZAM s’est échauffé en musique..
Avec Didier Lastère!

 

 

La soirée sous le regard d’Alain Leliepvre : toutes les images : ici

       

Et la danse continue… 

 

        

Sortie du public et échange entre Yves Barbaut, un des comédiens, et des collégiens.

Les commentaires sont fermés.