AMARILLO — GABRIEL CONTRERAS / HAROLD PINTER

Je comprends pourquoi ils ont peur de nous,
pourquoi ils veulent nous mettre en prison,
nous déporter et nous mettre un mur
en face de nos visages.
Je comprends pourquoi nous sommes illégaux
et pourquoi les lois se renforcent chaque jour
pour le prouver.
Je comprends pourquoi nous
sommes ceux d’en bas, les derniers.
Je comprends pourquoi nous nous cachions le visage,
nous rejetions le nom, car nous taisions nos voix.
Je  comprends que nous sommes des mondes différents
et que nous n’avons pas de mur et que nous
n’avons pas non plus de frontières.
Nous sommes ceux d’en bas.
Nous sommes les migrants de la pensée,
Nous sommes les migrants de la parole,
Nous sommes les migrants du travail…

,

Les commentaires sont fermés.